Bannie re aude2017

drame; possession; volcan; malédiction; succube

Kaleb de Myra Eljundir

Ma Note

 3/5 

 Embarrassé Une histoire perturbante! Embarrassé

T.1: 1/5 car j'ai vraiment eu du mal

T.2: 5/5 car en plus d'avoir été surprise, j'ai ADORé

T.3: 2/5 le feu est devenu glace.

 

 

 

Ce billet comprend:

3 bonnes raisons de lire cette saga,

la Couverture et le Résumé,

un Extrait,

mon avis avec un mini-résumé plus personnel et

toutes les Infos. qui valent le coup d'être notées. 

Bonne lecture et pensez s'il vous plaît à laisser une trace de votre passage via les commentaires! 

 


 

3 bonnes raisons de lire cette histoire

 

... saga. 

  •  le GENRE: un peu de thriller, de suspense, de fantastique, d'aventure, d’horreur... bref la saga Kaleb ne rentre dans aucune catégorie en particulier et dans toutes en général. Elle dépayse à l'évidence. C’est une saga très perturbante. 

 

  • les PERSONNAGES:  Ils prennent petit à petit de l’ampleur, dépassant tout ce que j’ai pu imaginer. Je déteste Kaleb, adore (au contraire de beaucoup de lecteurs) Abigail, je déteste les jumeaux, mais adore leur machiavélisme. Je hais le colonel. Vous voyez un peu le truc? Ces personnages sont renversants, méprisants, intrigants. Impossible de ne pas être perturbés par leur personnalité, leur passé, leurs pensées. Je ne saurai dire qui est le plus mauvais! Mention spéciale aux jumeaux et à Abigail, mes personnages préférés depuis le début, probablement les plus mauvais au fond, à vous de juger... à vous de découvrir! 



  • l’HISTOIRE: cela commençait mal avec le tome 1, je n’aimais pas du tout malgré l’histoire des jumeaux et du volcan qui m’intriguaient. La suite m’a avalée toute entière. Le décor volcanique, les pulsions montantes des personnages surtout d'Abigail, les trahisons, les renversements, les transformations... l’histoire des Enfants du Volcan de leur origine à leur fin est absolument originale et je garderai des "séquences" en tête très longtemps. Le tome 3 n'est pas bien passé, mauvaise digestion sur certains ingrédients narratifs. 

le hic: Le livre du volcan dans le tome 3 très présent, trop peut-être avec une police qui m'a fait mal aux yeux... 




 

SAISON 1

Kaleb Saison 1 de Myra Eljundir

SAISON 1: 19 ans, Kaleb Helgusson se découvre empathe : il se connecte à vos émotions pour vous manipuler. Il vous connaît mieux que vous-mêmes. Et cela le rend irrésistible. Terriblement dangereux. Parce qu'on ne peut s'empêcher de l'aimer. À la folie. À la mort.
Sachez que ce qu'il vous fera, il n'en sera pas désolé. Ce don qu'il tient d'une lignée islandaise millénaire le grise. Même traqué comme une bête, il en veut toujours plus. Jusqu'au jour ou sa propre puissance le dépasse et ou tout bascule... Mais que peut-on contre le volcan qui vient de se réveiller ?


Le premier tome d'une trilogie qui, à l'instar de la série Dexter, offre aux jeunes adultes l'un de leurs fantasmes : être dans la peau du méchant.

Déconseillé aux âmes sensibles et aux moins de 15 ans.

 


Extrait

«- Non! Vous n'avez pas le droit de faire ça! Vous aviez promis!

Le colonel se retourne, sévère.

- Je ne promet jamais rien.

Cinq mots comme un fouet qui claque. Dans ces moments-là, la jeune assistante du colonel déteste son boulot, sa vie. Elle aurait aimé avoir eu le choix. Ne se préoccuper que de vêtements, de garçons, de trucs de filles. Au lieu de ça elle est devenue un soldat de SENTINEL. Par sens du devoir. Parce qu'elle est apte. Parce qu'elle parvient à écarter ses états d'âme, la plupart du temps...»

(page 199/456)  

                   

=> Découvrez le premier chapitre : ICI

 


Mon Avis

Ce qu'il faut retenir de l'histoire...   

 Kaleb est un lycéen de 19 ans qui se bagarre et couche avec les filles qu'il souhaite, un jeune comme les autres, enfin pas tout à fait. Il est en réalité un empathe et son don lié à un volcan islandais est une malédiction qui va peu à peu noircir son âme. Le Mal qui l'enveloppe ne serait être plus brutal sans les plans machiavéliques du colonel qui s'évertue à faire sortir la Bête qui sommeille.

Mon ressenti:  

Un livre original mais que j'ai trouvé «maladroit», après écrire un thriller pour de la YA ce n’est pas simple.  

Je n'ai donc ni adoré ni détesté, disons que je m'attendais à une histoire plus glauque, plus psychologique mais j’ai passé de bons moments surtout vers la fin.

 

Pour vraiment découvrir ce livre sans idée au préalable, je ne vous conseille pas de lire la 4e page de couverture car elle sous-entend de suivre un "méchant" dès le début alors que c'est faux.

Le jeune homme est  "presque" comme tout le monde, qui couche quand il en a envie et qui se bat comme un mâle... je pourrais retirer le "presque" d'ailleurs. Disons que j'ai pensé "alléluia" quand vers la fin, Kaleb passe ENFIN à l'acte du Mal.

 

En effet ,il s'agit plus de l'histoire de "comment construire un monstre" car le jeune Kaleb est plein de doutes et s'accroche autant que possible à son humanité. Il n'est pas parfait, assez immature mais il n'est pas … "mauvais". C'est un autre personnage qui le fait plonger dans les abîmes du Mal, qui le transforme. L'empathie est le conducteur mais le déclencheur n'est pas dans le cœur de Kaleb. Du coup, j'ai été déçue car je m'attendais à une autre histoire, une sorte de quête initiatique du « vrai » méchant, celui qui ne se pose pas de questions. Après mes attentes sont sûrement « reportées » au tome 2…^^  

Quand on tourne les pages, on adapte l'univers qu'on se construit dans la tête, non? Je suis donc restée curieuse de voir où l'histoire allait quand même me mener. Mon intérêt a pris beaucoup plus d'ampleur vers la 2e partie du roman, j'en compte trois grosso modo avec un personnage féminin, le "soldat sans nom" qui est assistante du colonel et ce qu'elle introduit, à savoir les Mémoires sur des jumeaux. L'histoire du soldat sans nom (son prénom est donné vers la fin) était beaucoup plus intéressante car ses réactions sont plus compréhensibles. Idem avec l'histoire des jumeaux, j'ai adoré lire leur évolution car elle est racontée de manière claire et malgré les flash-back, il n’y manque rien.

 

Alors qu'avec Kaleb, il y a vraiment un énorme problème de VRAISEMBLANCE. Si je pars du constat qu'il est empathe et donc a des réactions et comportements qui en découlent, il y a des situations qu'il n'aurait pas du accepter comme ça aussi vite qu'une lettre à la poste. Bref, il accepte beaucoup trop facilement l'histoire d'empathie et surtout du volcan, des discussions via le net... Pour quelqu'un de méfiant et de "sensible", ses réactions sont plutôt "zappées", des raccourcis  ont été pris à mon sens et cela crée un désintérêt car du coup je n'y crois pas trop. Un empathe prend « tout » dans la tête des émotions des autres alors quand ça le concerne directement, il devrait réagir…VIVEMENT ! On ne digère pas aussi facilement ce genre de révélations.

 

Le point de vue est changeant, heureusement . Si Kaleb ne vous plaît pas non plus -non, pas le personnage en lui-même mais la manière dont il est abordé- alors au moins vous pouvez vous intéresser au soldat sans nom. J'ai de suite compris son identité, faut dire que ce n'était pas très compliqué de faire le lien mais son évolution est intéressante, sa nature un brin "surnaturel". L’histoire du volcan, les rêves, les missions militaires à la Alias et prophéties, la peste,  tout ceci est original et j’ai apprécié en lire ses passages.    

Enfin, je me souviens lors d’une interview avec l’auteure qu'une question portait sur les personnages féminins qui ont une très mauvaise image dans le livre et qui finissaient mal... ce n'est pas entièrement vrai. Les personnages masculins, Robin, le père, un EDV et quelques soldats en ont aussi pour leur grade. Il n’y a donc pas de différenciation. Ne vous en faites pas. 

 

 En bref, un livre original oui mais dont Kaleb n’est pas le méchant auquel je m’attendais, je suis plutôt navrée pour lui. D’autres personnages sont plus intéressants, l’intrigue sur le volcan et la prophétie suscitent la curiosité. J’espère que Kaleb dans la saison 2 sera plus développé.    

 

Mots magiques pour se souvenir du roman:   Vulcan; peste; Sentinel; Lucille Thomas; EDV; Bergsson; David et Mary-Ann Armstrong; volcan; succube; l'homme noir; écriture automatique; Prophétie; Franck Astier; Helga; Phases; Robin Moreau; Survivor; concert, Livre du Volcan; inhibition...

 

 


SAISON 2

Kaleb Saison 2: Abigail de Myra Eljundir

 

SAISON 2: Le pouvoir… Tel est tout l’enjeu de cette nouvelle saison. Mais qui le détient vraiment ? Kaleb qui, depuis qu’on lui a fait ce mystérieux tatouage, se laisse envahir par le Mal et entraîne Abigail en enfer ? Ou bien Abigail qui s’est, malgré le danger, jetée corps et âme dans cette folle passion avec Kaleb et abdique chaque jour un peu plus d’elle-même pour une noirceur qui la fascine et la grise ? Lequel des deux amants a vraiment l’ascendant sur l’autre et le pousse à aller toujours plus loin ? Les apparences sont parfois trompeuses… Au final, ne sont-ils pas juste les pions d’une partie maléfique qui a débuté il y a bien longtemps, quand sont apparus les premiers Enfants du Volcan, et dont la finale se jouera maintenant, qu’ils le veuillent ou non ? 

Le deuxième tome d’une trilogie de sang et de ténèbres qui fera voyager les jeunes adultes dans les terres les plus reculées d’Islande et d’Irlande, et qui fera renaître des légendes oubliées, dont celle de l’elfe noir.


Extrait

« - Tu m’intrigues, Abigail...

- Pourquoi?

- Je n’arrive pas à te cerner, à comprendre tes motivations. Je sais que tu es là sur les ordres du colonel, mais je devine que tu n’as pas abdiqué ton libre arbitre. Je sais que tu te méfies de moi aussi, pourtant tu te tiens bien là, prête à en découdre alors que tu sais ce dont je suis capable. J’ignore ce que tu veux. Tu es une énigme. Une fille qui met de l’aspartame dans son thé et se gave de sucre après. Je ne te comprends pas et j’aime ça. Malgré le danger que tu représentes, tu me plais et je n’ai pas envie de te laisser filer. Je veux que tu me croies...

Etait-il sincère? La jeune fille sembla peser le pour et le contre. Encore une fois, il put admirer le tumulte de ses pensées ombrer ses iris clairs.»

(Page 54/55 sur 342) 

Découvrez le premier chapitre ICI.


Mon Avis

Ce qu'il faut retenir de l'histoire...   

Kaleb et Abigail se retrouvent sur la terre des volcans, leurs sentiments mutuels sont de plus en plus explosifs et mêmes dévastateurs pour ceux qui les côtoient. Malédiction, rencontre avec d’autres enfants du Volcan, machiavélisme de l’Homme Noir, pouvoir grandissant abominable d’Abigail, transformation de Kaleb en se tatouant...la confusion et le chaos règnent en choeur. Sans compter la présence d’un esprit très noir qui sommeillait jusque là... 

Mon ressenti:  

C'est une première pour moi d'aimer un tome 2 alors que le tome 1 a été si laborieux à lire. Le fond reste le même, des personnages ont en eux certaines facultés, certains sont dangereux comme Kaleb, d'autres sexy comme Abigail, et il y a un réseau militaire qui cherchent à les capturer pour les revendre aux plus offrants. C'est donc une chasse à l'homme, une quête initiatique et ce que j'aime aussi, c'est que ça se passe en Islande, terre volcanique pleine de mystères.

Je dois bien reconnaître que le tome 1 n’était vraiment pas une lecture agréable. J’ai beau le feuilleter maintenant que je suis fan (la faute au tome 2), je n’aime pas du tout certains aspects de cette histoire autour de Kaleb. 

 

Mais voilà, lorsque j’ai appris que le tome 2 serait largement écrit du point de vue d’Abigail, j’ai décidé de redonner une chance à cette saga. Comme j’ai bien fait! J’ai dévoré le roman en quelques jours et je n’en reviens toujours pas de la progression incroyable des personnages. Les petits voyages en Islande et Irlande y sont pour quelque chose, nous sommes dans le vif du sujet, aux origines de ce qui façonne des monstres tels que Kaleb et Abigail. 

 

Les deux personnages se rencontrent et leur relation est électrique, intense, dévastatrice.  Je me souviens lorsque des touristes meurent tout autour d’eux juste parce qu’il me semble qu’Abigail est un peu «contrariée» et Kaleb se contient comme il peut car il est plein de colère, imaginez les deux ensemble... La scène est magnifiquement bien écrite car j’ai vraiment tous les éléments, les détails de cette atrocité pour avoir des frissons d'horreur. 

 

Je me suis réellement plongée dans cette histoire perturbante grâce aux changements de point de vues qui permet de rentrer dans le mental des personnages et quel mental! Ah ça vaut le coup de lire cette saga rien que pour voir la psychologie de ces enfants du Volcan.    

 

Kaleb n’est toujours pas un personnage que j’apprécie malgré qu’il paraisse par moments plus «humain» que d’habitude, Abigail l’a ensorcelé et personnellement, j’adore cette femme! Elle a contenu son pouvoir si longtemps qu’il était temps qu’il jaillisse d’elle, qu’elle mette en point une sorte de revanche face à ce que lui a fait vivre ces hommes: le Colonel, Kaleb et autres qui ne voient que son physique et comment se servir de son influence de «succube». Même si pour Kaleb, c'est encore autre chose, ils sont "liés". Vous verrez comme ce tome 2 montre petit à petit la montée en puissance d’Abigail. Même Kaleb est une victime si je puis dire.   

 

Dans ce tome, j’étais aussi ravie de retrouver l’Homme noir, de découvrir davantage sur son plan machiavélique. Avec une petite surprise à la fin. Mais attention autant on en apprend énormément et c’est carrément addictif, autant la confusion est ambiante. On peut s’attendre à tout dans le tome 3! A tout! 

 

En bref, je n'avais pas du TOUT accroché à Kaleb 1, mais alors ce tome 2, j'ai dû le lâcher avec douleur, j'ai adoré le décor et l'évolution de l'histoire, avec une psychologie des personnages terriblement profonde et noire. "Chaud-bouillant" définirait parfaitement cette suite! Et, j’ai peur de la suite, pas vous?  

 

 


SAISON 3

Kaleb Saison 3: Fusion de Myra Eljundir

TOUT EST BIEN QUI FINIT MAL

SAISON 3: La prophétie du volcan prédit l'avènement d'une nouvelle ère, initiée par l'Élu... Or qui, de Kaleb, Abigail, le colonel Bergsson ou encore Mary-Ann bouleversera à jamais le destin des enfants du volcan ? Et si la mort est la clé, tous ne sont-ils pas des morts en sursis ? Seul le Livre du volcan peut apporter des réponses à Kaleb et lui permettre de survivre au volcan qu'il a réveillé. Mais le tenir entre ses mains peut se révéler plus destructeur que tout... 
Ce dernier tome de la trilogie de Kaleb lève le voile sur une mythologie qui prend racine bien au-delà de ce que vous pouviez imaginer. Plus que jamais, il est question de pouvoir, de sombre passion, de manipulation machiavélique et du parfum sulfureux d'une saga millénaire dont le dénouement pourrait bien vous faire penser que tout est bien qui finit mal.

 


Extrait

"Elle n'avait même pas levé la tête quand il avait pénétré dans la boutique, furieux et épuisé à la fois. 

- Vous en avez mis, du temps! s'était-elle contentée de dire pour tout salut.

- Qu'est-ce-que vous m'avez fait, madame?

Glenn avait beau être en colère, il n'en demeurait pas moins britannique"

 

(Page (25/ 456)

Découvrez le premier chapitre ICI.


Mon Avis

Ce qu'il faut retenir de l'histoire...   

 Origines et témoignages des Enfants du Volcan à travers le temps, nouvelles manipulations autour de Kaleb, retournement de situation pour le final. Un dernier opus. Un ultime affrontement.  

 

Mon ressenti:  

Malheureusement, je ne suis pas du tout entrée dans le livre. C’est dingue comme cette saga est perturbante et du coup, j’ai eu du mal à suivre, à apprécier ce final. 

L’histoire est tout à fait originale, Myra Eljundir a vraiment offert au lecteur un univers ultra complet. Le fait que tout trouve un sens est le seul point positif pour moi. Il y a un réel engagement de la part de l’auteure à nous offrir une histoire abracadabrante qui trouve paradoxalement du sens et je salue cette ingéniosité. Je me demande ce que l’auteure va écrire par la suite. 

Pour revenir à ce tome 3, la fin a un côté complètement frappé, inattendu, mais je ne suis pas plus étonnée que ça. J’avais de la distance dès le début, du coup j’ai juste grimacé « ah? » et puis voilà, c’est fini. Tant pis…

Du reste, j’ai dû me forcer par moment d’ouvrir mon livre car le roman à double face est largement tourné vers le fameux Livre du Volcan. C’était une idée géniale, mais pourquoi une telle police? J’ai une vue excellente, pourtant, ça m’a donné mal au crâne de lire ces extraits. De plus, je venais à peine de m’attacher à Abigail et Kaleb et ici, ils sont vraiment peu présents, c’était horriblement frustrant. Le rythme en prend un sacré coup! Tous ces nouveaux personnages étaient intéressants, mais pour moi ça aurait dû être un roman bien à part. Le Livre du Volcan hors Kaleb et dans une police normale. Innocent

C’était donc en soi une lecture intéressante, les Enfants du Volcan, leurs vécus, leur souffrance et le style est unique à Myra Eljundir. Aucun des trois tomes ne se ressemble! (j'adore les couvertures) Pourtant, j’ai été trop perturbé, la saga n’était au final pas pour moi, il manque quelque chose, ou au contraire il y a trop d’éléments qui obligent à sacrifier le récit de Kaleb au profit de celui de ses ancêtres. C'était original, sans doute trop pour mon petit esprit! Je garderai en tête le tome 2 car il y avait de ces passages!         

  


Infos sur le livre

 

Trilogie de de Myra Eljundir aux Editions Robert Laffont, collection R:

  • Saison 1, Kaleb, sortie le 14 juin 2012, 456 pages.
  • Saison 2, Kaleb: Abigail, sortie le 28 février 2013, 342 pages.
  • Saison 3, Kaleb: Fusion, sortie le 14 novembre 2013, 456 pages.

 

   

Sites intéressants:

  • Facebook de l’auteure: ICI
  • Twitter de l'auteure: ICI

  • Facebook de la collection : ICI
  • Site de la collection: ICI
  • Site non officiel de la collection: ICI
  • Ancienne Interview sur le site Les chroniques de Mandor: ICI   

 

 

Merci à Stéphane-Laure et à la collection R des Éditions Robert Laffont.

Cliquez et naviguez!

 

Robert Laffont