Drame/Policier: Thriller, Psychologique, Suspense

Trilogie: La Conspiration de Maggie Hall

 3,5/5

Intrigant!

 Ce billet comprend la Couverture et le Résumé, un Extrait, mon avis avec un mini-résumé plus personnel et toutes les Infos. qui valent le coup d'être notées. 

 

Bonne lecture et pensez s'il vous plaît à laisser une trace de votre passage via les commentaires! 

 

 

 

 


 

Livre 1 : 

La conspiration

Une énigme millénaire.
Des indices aux quatre coins du globe.
Une destinée extraordinaire.


Ils ont le pouvoir de faire fermer Prada pour une session shopping privée. Mais aussi celui de déclencher une nouvelle guerre mondiale. C'est cette incroyable famille qu'Avery West se découvre à dix-sept ans.
Ses membres appartiennent à une redoutable société secrète, le Cercle, qui voit en Avery la clé d'une prophétie millénaire. Écartelée entre des factions rivales, Avery va devoir lever le voile sur l'énigme de ses origines.
Accompagnée de deux garçons du Cercle, le beau Stellan à l'humeur changeante et le ténébreux Jack, elle se lance dans une quête qui va la mener du musée du Louvre aux bazars d'Istanbul.
Au coeur de la conspiration, Avery va devoir choisir entre sa liberté et sa famille, mais aussi entre le garçon qui pourrait l'aider à sauver l'humanité et celui qui fait battre son coeur.

Le premier tome d'une trilogie best-seller aux États-Unis, à la croisée de La Sélection et du Da Vinci Code !


 

 

« Les pas s’approchent. Je me crispe. Je suis sûre qu’ils n’hésiteraient pas à nous tuer pour avoir ce qu’ils veulent. Mon cœur bat dans mes tempes. Je lève les yeux vers la rue. 

Les lèvres de Jack effleurent mes cheveux, je sens son souffle chaud sur mon oreille. 

– Ça va aller, chuchote-t-il, on va s’en sortir, ils sont presque partis. 

Je frissonne, mais pas seulement de peur. » 

 

(page 280) 

===> Découvrez le premier chapitre: ici 

 


 

 

Ce qu'il faut retenir de l'histoire...

Avery apprend qu’elle fait partie d’une famille très importante liée à la plus grande société secrète mondiale jamais égalée : le Cercle. Une prophétie intrigue le Cercle et concernerait un Élu et une fille aux yeux violets. Or, sous ses lentilles de contact les yeux d’Avery sont justement violets. Est-elle la clé ? Que signifie réellement ce mandat qui la met en danger de mort ?  

 

Mon ressenti: 

Un 1er tome difficile à juger ! 

 

Avery est une jeune fille de dix-sept ans prête à tout pour découvrir qui est sa famille et si son père est vivant ce dont sa mère n’a jamais voulu parler. Elle suit au moment d’un bal de lycée deux garçons d’abord Jack qui lui explique grosso modo qu’elle doit partir pour la France; qu’elle fait peut-être partie d’une famille très influente dans notre société; enfin qu’un mandat la relierait, peut-être là encore, la mettant en danger immédiat. Le beau Stellan doit ainsi la conduire à Paris. Je raconte sommairement. Sans hésitation (réaction que j’ai trouvée étrange) Avery part pour la France, au revoir le lycée et surtout sa mère qu’elle ne prévient même pas alors qu’elles sont plutôt proches. Son aventure commence ainsi vers l’inconnu, le mystère, le danger. 

  

    La collection R fait le rapprochement dans son résumé à Da Vinci Code de Dan Brown. Je n’ai ni lu ni vu Da Vinci code, j’en connais que les grandes lignes, mais je trouve que ça y ressemble beaucoup. Je pense que je comprends l’engouement pour ce genre qu’on peut qualifier de thriller ésotérique. Le résumé compare aussi au livre la Sélection de Kiera Cass pour le côté robes et paillette. Là encore, je vois bien la comparaison et elle est bien trouvée. En effet, une fois sur place à Paris, Avery doit se trouver une robe de luxe pour être présentable à ce beau petit monde secret et puissant. 

 

 

Je ne suis pas forcément fan des théories du complot à échelle planétaire mais j’aime bien les sociétés secrètes. (comme dans Night School de CJ Daugherty) Alors pourquoi pas revenir à cette bonne vieille théorie qu’on est gouvernés par une sorte de groupe de riches formé il y a bien longtemps qui serait en pleine chasse à l’Élu ? Qui dit prophétie et société secrète dit enquête à mener, quêtes à découvrir et à interpréter. Là encore, j’aime beaucoup. Les indices laissés par M. Emerson, l’un des personnages, ne sont pas compliqués à comprendre et j’ai suivi cette « chasse au trésor » avec beaucoup d’intérêt. Avery va au Louvre, à la Basilique Sainte-Sophie, tout ceci me parle bien pour les avoir étudiés et y être comme ça rien qu’en tournant les pages, j’ai trouvé cela captivant. Le style d'écriture est pas mal, les phrases sont courtes et s'enchaînent bien. 

 

Le hic, c’est le flou dans ce récit et sur les personnages. L’histoire est très intrigante mais je n’ai pas réussi à rentrer totalement dedans. Le rythme est très yo-yo, on passe d’un endroit à un autre de manière totalement arbitraire (aller en boîte de nuit à Istanbul alors qu'il y a une quête à découvrir et une vie à protéger?). Puis les personnages sont comme des marionnettes qu’on manipule. « Allez Avery tu lâches ta vie et pars à Paris comme ça », « Et puis tiens allons en boîte de nuit à Istanbul » (oui ce passage m'a marquée). Pour moi, il m’en faudra bien plus dans le tome 2 pour vraiment plonger dedans. Il manque une étincelle dans cette histoire!  

 

Heureusement, la relation d’Avery avec les personnages évolue suffisamment pour que je me prenne d’affection pour chaque garçon. Stellan, Jack, Luc apportent du relief au personnage d’Avery et sur l’intrigue, heureusement qu’ils sont là. Aie ! En écrivant mon avis, je me rends compte que c’est Avery qui me gêne. J’ai eu du mal à la suivre, ses décisions et ses actions sont perturbantes car elle réfléchit vite et passe de l’inconscience à l’intuition en un clin d’œil. Probablement parce qu’elle est jeune. J’espère qu’elle va changer dans le tome 2, grâce à un certain personnage qu’elle ne pensait jamais retrouver par exemple. L'étincelle que je cherchais c'est elle ! 

 

En bref, ce premier tome est sympathique sur le fond, une société secrète qui nous régit, une prophétie qui s’est propagée dans l’Histoire et sur le globe qui grâce à des indices la rendent réelle. Mais j’espère que le tome 2 va m’en apprendre plus sur Avery, que le rythme sera plus justifié aussi. Quand je regarde la couverture VO du tome 2, je me réjouis quand même de lire la suite !      

 

 


Livre 2 : 

Livre 2 La conspiration


 

 

Trilogie: 

* Livre 1 La Conspiration de Maggie Hall, aux Editions Robert Laffont, Collection « R », 450 pages. Sortie le 4 Juin 2015. 

* Livre 2 sortie courant 2016

 

Sites intéressants:

 

* Site de l'auteure : ICI

* Twitter de l’auteure: ICI

* Blog d'auteurs YA américains: ICI 

 

• Facebook de la collection R: ICI

• Site de la collection R : ICI

 

 

Merci à Quentin et à la collection R des Éditions Robert Laffont.

 

Cliquez et naviguez!

 

 

Perdue et retrouvée de Cat Clarke

 

Ma Note 5/5

Embarrassé Poignant!

 

 Ce billet comprend 3 bonnes raisons de lire ce livre, la Couverture et le Résumé, un Extrait, mon avis avec un mini-résumé plus personnel et toutes les Infos. qui valent le coup d'être notées. 

 

 

 

Bonne lecture et pensez s'il vous plaît à laisser une trace de votre passage via les commentaires! 

 

 

 


 

3 bonnes raisons de lire cette histoire

 

  • Faith, héroïne prête à tout donner pour sa soeur.  
  • L'écriture de Cat sait toucher où ça fait mal. 
  • Une histoire qui hante nos pensées.

 


 

Perdue et retrouvee

 

Essayez d'imaginer:

Une enfant kidnappée. Une famille déchirée.

Lentement, au fil des ans, cette famille va recoller les morceaux.

Elle reste un peu fragile, bien sûr, mais toujours unie.

Et voilà que l'enfant, devenue adulte, revient à la maison...

C'est là que l'histoire commence. Et si la fin du cauchemar n"était que le début d'un autre ?

Le nouveau roman bouleversant de Cat Clarke

 

 


 

Extrait                                                   

«  - Tu es là, maintenant. C’est la seule chose qui compte. 

 

C’est un mensonge. Tout compte. Chaque petit bout d’histoire. Mais nous ne pouvons pas changer le passé. Je me surprends à formuler en silence le voeu d’être la meilleure soeur qui soit - d’agir du mieux possible pour rattraper les années perdues. C’est le moins que je puisse faire. » 

 

(page 129/414)

 

Découvrez les premières pages du roman => ICI. 


 

 Mon Avis

  

Mon ressenti: 

Coup de cœur pour cette lecture tellement poignante et triste. 

 

Ecrite au présent, à la 1er personne du singulier, nous sommes dans la peau de Faith, la petite soeur qui assiste au retour de son aînée Laurel, âgée de 19 ans, kidnappée treize ans plus tôt. Dans ce genre d’histoire, on se demande deux choses, que s’est-il passé et que va-t-il se passer avec pour thème "enlèvement, viol, torture, traumatisme…" que sais-je? 

Seulement, c’est Cat Clarke qui est aux commandes et pas question de nous livrer une histoire « croustillante » de témoignage avec des détails sordides sur les conditions de vie de Laurel. (on laisse ça au personnages Cynthia Day animatrice d’un talk-show dans le roman qui pose tout un tas de questions à Laurel). 

 

C’est un roman où l’on ne "voit" pas la douleur, on la "ressent".

 

Je m’explique en quoi cette histoire est si particulière. Cat Clarke aurait pu jouer la carte du pathos à fond donc avec le témoignage de Laurel, et on aurait lu comme on regarde toujours lorsqu’il y a un accident sur la route, comme des voyeurs. Non ici nous sommes avec Faith qui veut coute que coute que Laurel soit heureuse, ses parents aussi. Mais Laurel est comme une étrangère et la pauvre Faith est en pleine adolescence, a vécu sa 1er expérience sexuelle comme une tâche à cocher dans sa liste des choses à vivre. Elle doit mettre sa vie en suspens pour contribuer au bien-être de Laurel. Ses parents ont le même but: rendre heureuse Laurel, allant d’ailleurs pour la mère qui m’a particulièrement énervée à offrir tout et n’importe quoi. L’idée de participer à un talk-show en est un exemple, cela va loin dans la bêtise. Bien contente qu’en France, ce genre d'histoire ne prenne pas (encore) des proportions pareilles où un drame serait médiatisé et même montré aux yeux de tous. (on retrouve le voyeurisme dont je parlais, il est présent de cette manière dans le livre)  

 

C’est plus la progression de Faith vers le drame qui est tellement prenante, qui met mal à l'aise car on sent cette tension. Cette héroïne est terriblement humaine, imparfaite et prête à tout donner. L'écriture de Cat nous embarque en pleine virée dans la psychologie adolescente. J'ai les larmes aux yeux car elle sait toucher où ça fait mal, les dernières phrases (qui auraient pu ne pas être écrites, c’est le petit plus) m’achèvent comme pour Revanche... Oui c'est une lecture qui fait mal, voilà tout, qui reste dans la tête, il n'y a pas plus à dire. 

 


 

Infos sur le livre

  

* Perdue et retrouvée de Cat Clarke, 414 pages aux Editions Robert Laffont dans la Collection "R", paru le 23 avril 2015. 

 

Sites intéressants:

  • Site de l'éditeur: lci
  • Site de l'auteure: Ici
  • Son facebook: lien
  • Son twitter: lien
 
 

Merci à Quentin et à la collection R des Éditions Robert Laffont.

Cliquez et naviguez!

 

Robert Laffont

 

 

Belle Epoque de Elizabeth Ross

 4/5

Irrésistible!

 Ce billet comprend 3 bonnes raisons de lire ce livre, la Couverture et le Résumé, un Extrait, mon avis avec un mini-résumé plus personnel et toutes les Infos. qui valent le coup d'être notées. 

Bonne lecture et pensez s'il vous plaît à laisser une trace de votre passage via les commentaires! 


 

* Une histoire incroyable. L’idée originale d’Emile Zola sur les « repoussoirs » était excellente. Elizabeth Ross a parfaitement trouvé comment illustrer celle-ci en se mettant du point de vue d’un repoussoir, d’une femme qualifiée de « laide » faire-valoir pour des riches gens. Mais cela va encore plus loin. L’histoire est pleine de références à une époque incroyable, un Paris florissant d’art et de culture de l’esprit. Le cadre et le déroulement de l’histoire sont géniaux. 


* Des personnages surprenants. Alors là bravo. Je ne savais pas du tout que les personnages secondaires seraient aussi approfondis. Je crois que c’est ce qui m’a le plus ravi. Si intéressants, si terribles, si marquants… Maude rencontre vraiment n’importe qui et ces anonymes deviennent des personnages entiers et intéressants. Maude a le don de « faire-valoir » ses amis, mais elle a aussi en elle une incroyable vivacité et curiosité.

* Une écriture raffinée. Elizabeth Ross a très bien réfléchi le style d’écriture approprié à ce type de récit historique. Le vocabulaire est riche de mots que nous n’utilisons plus et c’est agréable de lire la langue ainsi usitée. Cela reste simple et percutant. De belles scènes de descriptions, des dialogues aux différents patois. On voyage avec les mots.


Résumé de la Collection: ( je n'avais même pas lu le résumé avant de lire le roman) Lorsque Maude Pichon s'enfuit de sa Bretagne natale pour échapper à un mariage dont elle ne veut pas, elle monte à Paris, ville-lumière en ébullition à la veille de l'exposition universelle de 1889. Hélas, ses illusions romantiques s'y évanouissent aussi rapidement que ses maigres économies. Elle est désespérément à la recherche d'un emploi quand elle tombe sur une petite annonce inhabituelle : « On demande de jeunes filles laides pour faire un ouvrage facile. » L'Agence Durandeau propose en effet à ses clients un service unique en son genre : le repoussoir. Son slogan ? « Louez un faire-valoir, vous en deviendrez d'emblée plus attirante. » Étranglée par la misère, Maude postule...
Monsieur Durandeau a déjà amassé une petite fortune grâce à sa riche clientèle, et quand la Comtesse Dubern vient chercher une compagne pour Isabelle, sa fille aux idées bien arrêtées, Maude est immédiatement choisie comme faire-valoir idéal.
Mais Isabelle ne sait pas que sa nouvelle « amie » n'est en fait que de location, et l'existence de Maude au sein de l'aristocratie repose entièrement sur sa capacité à garder ce lourd secret. Pourtant, plus elle en apprend sur Isabelle, et plus sa loyauté envers la Comtesse est mise à l'épreuve. Et plus la tromperie dure dans le temps, plus Maude aura à perdre...


« Ma gorge se noue. J’ai l’impression d’entendre ma mère. Mais Marie-Josée ne s’arrête pas en si bon chemin. 

- Mais il n’y a pas que ça. Tu es venue à Paris avec des rêves plein la tête. Sans vraiment savoir ce qui te portait jusqu’ici, mais tu vas faire ton trou, je le sens. 

- Comment ça?

- Une intuition. Oui, tu as des projets, de grands projets, et tu vas les réaliser. »

(Page 64/432)

===> Découvrez le premier chapitre: ici 

 


 

Ce qu'il faut retenir de l'histoire...

Maude a fui la Bretagne pour gagner Paris. Pauvre et affamée, elle se présente à une agence sans même savoir de quoi il retourne. Son travail est d’être un faire-valoir pour une riche et jeune comtesse à marier. Mais la jeune comtesse a d’autres projets en tête. Maude n’est pas au bout de ses surprises dans ce Paris effervescent qui prépare la célèbre Exposition universelle ! 

Mon ressenti: 

Oh! Quelle belle histoire marquante! Je ne pensais pas du tout me plonger dans une histoire comme celle-ci. Elle sort du lot, c’est évident!

D’abord, l’écriture. Nous sommes dans un récit historique, le Paris de la fin du XIXe siècle. Elizabeth Ross a donc adapté son écriture en un style fin, avec un vocabulaire propre à cette époque. Comme c’est dommage que ce soit au présent. J’ai l’impression que la Young Adult a tendance à être écrit au présent. Cela ne me dérange pas d’habitude, mais là j’avais envie d’un récit encore plus authentique. Heureusement, ce récit écrit à la 1ère personne du singulier est tout de même saisissant. J’ai eu un peu de mal à rentrer dedans au début, trop descriptif, je ne pouvais m’empêcher de le comparer au Parfum de Patrick Süskind qui dresse un Paris tellement vrai (XVIIIe). Puis, l’histoire prend une direction inattendue. Isabelle pour qui Maude joue secrètement au faire-valoir m’a surprise. Elle a été le déclic. Pas seulement pour moi, pour Maude aussi. Mince, si vous saviez! Sa richesse n’est pas dans son titre ,c’est tout ce que je peux vous dire. 

Ainsi, l’histoire. Ah dis donc! Plus je tournais les pages et plus j’allais de découvertes en découvertes. Mince, j’ai vraiment pris une sorte de gifle littéraire. Je ne peux pas parler de coup de coeur car ce n’est pas spécialement le genre que j’aime lorsque je veux lire une fiction. Néanmoins, j’ai aimé cette héroïne pleine de profondeur. J’ai aimé re-découvrir le vieux Paris dans les yeux d’une provinciale. J’ai aimé enfin, les nombreuses rencontres de Maude. Elle sublime chacun de ses amis,  avec le coeur sur la main. Son honnêteté est complètement en contraste avec la société bourgeoise qu’elle côtoie qui est hypocrite, superficielle, à vomir. 

Elizabeth Ross a eu une idée de génie avec cette histoire. En un roman, elle a su dresser une ville en pleine effusion artistique. Il est facile de s’identifier à Maude, si humaine car elle est tentée de faire de mauvais choix. Que de questions se bousculent dans son esprit! Doit-elle fréquenter de riches personnages ou bien ceux qu’on a étiqueté comme laid, pauvre, sans avenir?    

Je dois vous avouer qu’il est difficile d’écrire un avis sur ce livre, je ne lui rends pas justice. Il a un côté obsédant, pose des questions sur notre nature profonde. Le livre apporte tant. Je vous le recommande chaudement. Le titre est excellent, tout comme la couverture. 

Un bel hommage aux artistes. 


* Belle Epoque de Elizabeth Ross, aux Editions Robert Laffont, Collection « R », 432 pages. Sortie le 14 novembre 2013. 

Sites intéressants:

* Site de l'auteure : ICI

* Facebook de l’auteure: ICI

* Twitter de l’auteure: ICI

* Une page FB intéressante pour se mettre dans le contexte de cette Belle Epoque: ICI  

• Facebook de la collection R: ICI

• Site de la collection R : ICI

• Site non officiel de la collection R: ICI

 

Le trailer: 

 

Merci à Stéphane-Laure et à la collection R des Éditions Robert Laffont.

Cliquez et naviguez!

 

Revanche de Cat Clarke

Ma Note

 5/5

En pleurs Coup de déprime!En pleurs



 Ce billet comprend 3 bonnes raisons de lire ce livre, la Couverture et le Résumé, un Extrait, mon avis avec un mini-résumé plus personnel et toutes les Infos. qui valent le coup d'être notées. 

Bonne lecture et pensez s'il vous plaît à laisser une trace de votre passage via les commentaires! 


3 bonnes raisons de lire cette histoire


* DERANGEANT. 

* DOULOUREUX.

* OBSEDANT.


Revanche


Résumé de la Collection: (ne lisez pas pour une totale découverte): 

Jusqu'ou irez-vous pour connaître la vérité ?

Jem Halliday est amoureuse de Kai, son meilleur ami, qui est gay. 

Lorsqu'une vidéo de lui en compagnie d'un garçon est postée sur Internet, Kai se suicide. 

Dévastée, Jem décide alors de le venger...

Kai et Jem sont inséparables. Jem aime secrètement son meilleur ami, qui serait l'homme idéal s'il ne préférait les garçons... À la fin d'une soirée d'ivresse chez des amis communs, Jem rentre seule chez elle, Kai demeurant étonnamment introuvable. C'est le lendemain que tout bascule : la jeune fille reçoit un email de la part de ce dernier, avec en pièce jointe une vidéo de lui en compagnie d'un garçon qu'il a trouvé postée sur Internet. Cette vidéo plus que compromettante est très vite partagée par tout le lycée et Kai reçoit une salve d'e-mails agressifs qu'il ne peut bientôt plus supporter. Lui qui n'avait pas encore fait son coming out finit par craquer et se suicide... À la suite de ce drame, Jem prend trois résolutions : découvrir la vérité, venger son ami et se suicider elle aussi. Alors qu'elle mène sa petite enquête, elle reçoit un jour une lettre anonyme contenant trois noms : ceux des responsables. Sans hésitation, Jem abandonne son look gothique et décide d'approcher ces garçons. Mais sont-ils réellement les coupables ?



Extrait


 «Lucas va s’asseoir sur le canapé. «Tu ne parles jamais de lui, tu sais. Ca te ferait peut-être du bien. Il doit tellement te manquer.» 

Qu’est-ce-qu’il lui prend de dire ça? Ca n’a aucun sens. Sauf s’il se sent coupable. Soit c’est ça, soit il veut me montrer qu’il est sensible. Je n’ai jamais été très bon juge en la matière, mais Lucas semble sincère. Il y a de la compassion dans son regard. De l’empathie. De la sympathie.

Pas du tout ce à quoi je m’attendais. 

Je ne sais pas quelle attitude adopter. 

Je ne sais pas qui est Lucas. Les différentes versions de lui se confrontent dans ma tête. 

Mais celle plantée devant moi a un regard incroyable. Il n’y a plus qu’une chose à faire. La prochaine étape du Plan. Le Plan est tout ce qui compte.


(Page 333/504)

Découvrez le prologue et le premier chapitre: ici.




Mon Avis

Ce qu'il faut retenir de l'histoire...

Kai, jeune ado gay se suicide à cause d'une vidéo embarrassante. Sa meilleure amie Jem, soeur de coeur, folle de lui aussi depuis toujours, veut le venger avant d'en finir avec ses propres jours. Elle reçoit alors un message anonyme avec trois noms de garçons populaires. Jem n’a pas le choix, elle doit intégrer leur groupe et pour cela, changer. Mais jusqu’où? Jusqu’où Jem est-elle prête à aller? 


Mon ressenti: 

Eh voilà, je dois l’écrire, cet avis sur Revanche de Cat Clarke. L’écrire sans trop en dire car c’est à vous de le découvrir, de le ressentir et puis... d’avoir mal! 

J’ai une boule au ventre et les mains qui tremblent en vous écrivant car c’est une lecture qui m’a vraiment bouleversée. L'adolescence peut être une voie sans issue dans le cœur de certains jeunes et c'est douloureux de lire ceux qui en prennent le chemin … Si jeunes et déjà à bout, suffocant, manquant d’air. 

Je dois bien avouer que la lecture de Revanche m’a d’abord mise terriblement mal à l’aise car elle est tirée d'un fait réel. (Le suicide de Tyler Clementi, 18 ans : http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2010/10/06/l-adieu-sur-facebook_1421117_3222.html). J'ai dû mal à "cautionner" qu'on écrive sur quelqu'un qui a réellement souffert, quoi que soit l’origine de cette souffrance. Je sais que la démarche est de sensibiliser, de dénoncer mais je ne sais pas, je me suis sentie «voyeuse» d’une détresse dont personnellement je n’aurai rien pu faire. 

Mais la suite du roman m’a happée, l’histoire tourne en réalité autour de l’héroïne -le roman est écrit à la 1ère personne du singulier-  qui cherche à venger la mort de son ami. Je n’ai jamais autant fait défiler les pages, menant un combat contre moi-même pour ne pas aller lire la fin de l’histoire afin d’être rassurée sur un «fait». J’ai réussi, mais quelle torture et puis, j’aurai dû finalement afin de me préparer!!! Ne croyez pas que la fin soit celle que vous attendiez... pas exactement. Tout le long du roman, je me suis posée les mêmes questions: Ira-elle au bout de ses "Plans"? Comment va-t-elle s'y prendre? Ca va faire mal? Pour eux ou pour elle? Enfin: Va-elle s'en sortir et tourner la page sur Kaï?    

Enfin bref, après un début dur sur le suicide de Kaï, le roman ne devient plus autant dérangeant, il est même captivant, c’est incroyable de voir la transformation de Jem tout le long de l’histoire. Aucun temps mort. J’ai adoré cette jeune fille, elle est touchante et ses remarques- pensées- qui nous sont délivrées comme des confidences sont carrément croustillantes. C’est écrit dans un style «adolescent», dans la langue de Jem et ses mots parfois crus ou grossiers font sourire comme aussi déglutir de malaise. Les lettres de Kaï sont aussi horriblement touchantes mais je crois que je lui en veux de continuer à avoir cette emprise sur Jem post-mortem. D'un côté, il la pousse à faire ce qu'elle n'avait pas osé faire jusque là comme son changement de look. Leur relation est compliquée, je ne saurai vraiment comment la qualifier, et puis je ne suis pas psychologue! Langue tirée 


Je ne sais pas néanmoins si Kaï la connaissait si bien que ça, si Jem le connaissait si bien que ça. Ce que je sais par contre c'est qu'il n'y a pas de faux-semblants dans le coeur de Jem (le contraire de son attitude "publique"), nous, nous la connaissons et quelle fille torturée! Tant d'amour à donner et dont une personne souhaitait le recevoir! Pas Kaï à l'évidence! 

  

J’ai quand même souri, même ri de voir la sacrée hypocrite qu’était Jem. C’était du "diaboliquement génial" car c’est d’un cynisme pur. Cat Clarke sait décrire l’adolescence avec beaucoup de maturité mais tellement de noirceur. Enfin, l’auteure a su calmer mes petits nerfs en montrant une Jem qui commence à douter du but réel de sa revanche. Elle tisse des liens malgré elle, tombe même amoureuse. Les doutes de l'héroïne ont calmé les battements de mon coeur. J'ai cru... à vrai dire, j'ai cru à beaucoup de choses à l'amour, au pardon, au deuil achevé, à l'amitié naissante. 

Fichue auteure Langue tirée qui a instillé une note d’espoir. Un espoir vain pour mieux en réalité nous faire plonger dans la dépression. La fin m’a vraiment fait mal - j’en ai les larmes aux yeux rien qu’en repensant au message avant la dernière lettre de Kaï.  *j'ai vraiment les boules quand je repense à tout ça*

Ce message m’a achevée... j’en ai pleuré, je ne pleure jamais devant une fiction. C'est horrible! 

Pour cette raison, je ne pourrais pas continuer à lire du Cat Clarke car je lis pour m'évader et je ne peux pas, telle une éponge, m'imbiber de la souffrance de personnages tels que ceux de Cat Clarke.  Je vous invite à découvrir cette auteure incroyable, qui sait nous manipuler et dénoncer les tortures physiques et mentales chez les adolescents. Petit monde qui n’est plus tout à fait enfant mais pas totalement adulte et qui perd pied dans l'esprit de l'auteure.


J'ai trop d'espoir en moi sur ce que réserve la vie...peu importe de quoi il s'agit et je ne souhaite pas lire la souffrance et la mort comme sortes d'échappatoire.     



Infos sur le livre

* Revanche de Cat Clarke, aux Editions Robert Laffont, collection "R", 504 pages. Sortie le 17 Octobre 2013.

   


Sites intéressants:

  • Site Officiel de l'auteure: ICI
  • Facebook de l’auteure: ICI
  • Twitter de l’auteure: ICI
  • Facebook de la collection R: ICI
  • Site de la collection R: ICI

Enfin, voici un lien important, bien réel et sérieux.  

Une occasion de parler de l'ostracisme et des abus, aussi bien physiques et moraux, que peuvent subir les jeunes homosexuels au quotidien. Il existe en France une association qui s'occupe des jeunes victimes d'actes homophobes : LE REFUGE.

http://www.le-refuge.org/ 

Fondée en 2003 par Nicolas Noguier, l'association Le Refuge accueille des garçons et des filles de 18 à 25 ans exclus du domicile familial du fait de leur homosexualité ou de leur transexualité.

L'association, qui dépend pour moitié des dons et pour l'autre de subventions, dispose d'appartements-relais et de places d'hôtel en Ile-de-France, à Marseille, à Lyon et à Montpellier.

L'antenne de Paris, ouverte en 2008, héberge ainsi vingt-et-un jeunes "de 20 ans en moyenne" pour une période de six mois, le temps d'essayer de trouver un travail et un logement.

Le Refuge propose également un accompagnement social et psychologique, ainsi qu'une ligne d'urgence :

06 31 59 69 50.

=> N’hésitez pas à relayer le lien du site, à en parler autour de vous. Merci à Karen du blog Au boudoir Ecarlate pour ces précieuses informations.  

Le trailer du livre: 

Merci à Stéphane-Laure et à la collection R des Éditions Robert Laffont.

Cliquez et naviguez!

Robert Laffont

Confusion de Cat Clarke

Ma Note 4/5

Embarrassé Une lecture marquante! 

 Ce billet comprend 3 bonnes raisons de lire ce livre, la Couverture et le Résumé, un Extrait, mon avis avec un mini-résumé plus personnel et toutes les Infos. qui valent le coup d'être notées. 

Bonne lecture et pensez s'il vous plaît à laisser une trace de votre passage via les commentaires! 






3 bonnes raisons de lire cette histoire


  • une héroïne POIGNANTE.
  • un huis clos AU-DELA des murs.
  • une chute qui fait MAL.




Confusion de Cat Clarke


Résumé pris sur le site de Robert Laffont (attention beaucoup d'éléments sont annoncés qu'il est préférable de découvrir par soi-même pour plus de plaisir): 

"Le roman jeunes adultes qui a bouleversé l'Angleterre.

Grace, 17 ans, se réveille enfermée dans une pièce toute blanche où se trouve une table avec du papier et des stylos. 

Se confier à la page blanche lui permettra-t-il de trouver la clef de sa prison ?

Le soir même où elle a décidé de se suicider, Grace fait la rencontre d'Ethan. Après une bouteille de vodka en guise de dernier repas, elle se réveille enfermée dans une mystérieuse pièce blanche avec le jeune homme pour geôlier. Ce dernier lui apporte alors stylo et papier afin qu'elle couche par écrit les méandres de sa vie. À première vue, celle-ci semble tout ce qu'il y a de normal. Grace a une meilleure amie, Sal ; un petit ami, Nat. Mais comme elle l'écrit : « C'est quand je suis seule que le doute s'immisce, c'est comme ça depuis des années. Tant que je suis entourée, je peux faire semblant que tout va bien. Mais il me faut ce public pour jouer la comédie. Sinon ça ne marche pas. Seule, je ne suis pas si facile à tromper. » À mesure que les jours défilent, on comprend le désespoir qui a poussé Grace à vouloir s'ôter la vie. Sa façade enjouée de fêtarde cache bien des fêlures : elle s'entaille depuis qu'elle a 15 ans, se soûle régulièrement, et couche avec tous les garçons qu'elle croise. Son père qui l'a abandonnée lui manque cruellement, et elle en veut à sa mère froide et distante. Tandis qu'Ethan se contente de la nourrir et de la pousser toujours plus à écrire, Grace nous confie ses rêves, alors que son séjour s'éternise. Peu à peu, ses questions trouvent des réponses, et elle sent qu'elle s'apprête à toucher du doigt le fin mot de l'histoire, de son histoire.

Un huis clos troublant et hors du temps qui fait perdre tous les repères, fascine autant qu'il provoque, jusqu'au dénouement inattendu et entêtant qui hantera longtemps une fois le livre refermé."




 

Extrait                                                   

"Je me suis allongée sur le lit en soupirant, incapable de le regarder. Il s'est assis et m'a serré le bras.  

" La vache..., a-t-il murmuré. On dirait... C'est toi qui as fait ça, n'est-ce-pas?"

 J'ai acquiescé, mais en gardant les yeux tournés. Je sentais son regard détailler les coupures les plus récentes qui n'avaient pas encore guéri. Sal a raison. Je suis une vraie détraquée. Puis la honte est doucement montée en moi.  "

 

(page 125/418) 

 


 Mon Avis

 

Ce qu'il faut retenir de l'histoire:  

Grace est maintenue enfermée dans une pièce par un jeune homme. Celui-ci lui a donné stylos et feuilles afin qu'elle écrive les événements marquants de sa vie qui l'ont menée vers un certain choix. 

 

Mon ressenti: 

Un roman qui m'aura bien marquée. 

 

J'avais d'abord commencé le livre l'hiver dernier (octobre/novembre 2012) et oh dis donc!, que c'était déprimant rien que les premières pages! L'hiver, le froid et une lecture qui promettait une dépression nerveuse (la jeune adolescente boit, se mutile...), j'ai donc mis le livre très loin de moi pour le reprendre cet été 2013. Et je ne regrette absolument rien, car pour être triste, il l'est. En deux jours, je l'ai malgré tout dévoré, je l'ai terminé avec une boîte de mouchoirs, mais il y avait les petits oiseaux qui chantaient et le soleil qui perçait à travers les nuages alors j'ai survécu. 

  

C'est une histoire marquante sur les dédales d'une adolescente qui se fait mal pour "ressentir" mais qui tombe amoureuse et tente de se reconstruire pour mieux exploser en éclats. Le récit est poignant, l'écriture simple, écrite avec la voix de l'adolescente tel un journal intime qui relate les événements présents et surtout ceux de son passé récent.

 

Plus on tourne les pages et plus les pièces du puzzle s'assemblent, mais cela reste un puzzle et au final, ce n'est qu'une boite pleine de pièces. La vie de l'héroïne, ses souvenirs, ses sentiments, ses rencontres, sa mère, TOUT et RIEN n'a plus de sens.

 

Mère absente, meilleure amie avec des secrets, petit ami génial peut-être justement un peu trop. Des secrets, partout et de tous sauf de Grace, l'héroïne, entière qui porte son coeur entre ses mains et dont celui-ci prend de sacrés coups de "cutter" psychologiques! Je suis encore très émue en écrivant cet avis, la fin explique tout, la fin est une chute qui ne surprend pas, mais n'en reste pas moins des plus douloureuses. "la vie est un beau mensonge", slogan du livre, nous sommes effectivement en plein dedans.  

 

L'auteure a très intelligemment mené son histoire, je me suis immédiatement prise d'affection pour Grace, je ne la comprenais pas quand elle se mutilait, mais elle souhaite s'en sortir et c'est ce qui rend le livre difficile psychologiquement. Le kidnapping, le kidnappeur, les scènes d'abord bien séparées entre le passé et le présent puis le flou envahit le récit, c'est la confusion.... la fin vous expliquera pourquoi. 

  

Un livre que je conseille. Je déplore le manque de surprises mais au fond l'auteure a fait en sorte qu'on devine dès le début pour nous préparer à avoir mal. Après peut-être certains lecteurs n'avaient rien vu venir que ce soit sur les amis de Grace ou sur le final, je serai curieuse de savoir s'ils n'ont pas fait une demande en asile psychiatrique dans ce cas.

 

Il faut avoir le coeur bien accroché et ne faites pas comme Grace, protégez votre coeur, votre esprit... en commençant ce récit.     

 


Infos sur le livre

  

Confusion de Cat Clarke, 418 pages aux Editions Robert Laffont dans la Collection "R", paru le 18 octobre 2012. 

 

Sites intéressants:

  • Site de l'éditeur: lci
  • Site de l'auteure: Ici
  • Son facebook: lien
  • Son twitter: lien

Merci à Stéphane-Laure et à la collection R des Éditions Robert Laffont.

Cliquez et naviguez!

Robert Laffont

Kaleb de Myra Eljundir

Ma Note

 3/5 

 Embarrassé Une histoire perturbante! Embarrassé

T.1: 1/5 car j'ai vraiment eu du mal

T.2: 5/5 car en plus d'avoir été surprise, j'ai ADORé

T.3: 2/5 le feu est devenu glace.

 

 

 

Ce billet comprend:

3 bonnes raisons de lire cette saga,

la Couverture et le Résumé,

un Extrait,

mon avis avec un mini-résumé plus personnel et

toutes les Infos. qui valent le coup d'être notées. 

Bonne lecture et pensez s'il vous plaît à laisser une trace de votre passage via les commentaires! 

 


 

3 bonnes raisons de lire cette histoire

 

... saga. 

  •  le GENRE: un peu de thriller, de suspense, de fantastique, d'aventure, d’horreur... bref la saga Kaleb ne rentre dans aucune catégorie en particulier et dans toutes en général. Elle dépayse à l'évidence. C’est une saga très perturbante. 

 

  • les PERSONNAGES:  Ils prennent petit à petit de l’ampleur, dépassant tout ce que j’ai pu imaginer. Je déteste Kaleb, adore (au contraire de beaucoup de lecteurs) Abigail, je déteste les jumeaux, mais adore leur machiavélisme. Je hais le colonel. Vous voyez un peu le truc? Ces personnages sont renversants, méprisants, intrigants. Impossible de ne pas être perturbés par leur personnalité, leur passé, leurs pensées. Je ne saurai dire qui est le plus mauvais! Mention spéciale aux jumeaux et à Abigail, mes personnages préférés depuis le début, probablement les plus mauvais au fond, à vous de juger... à vous de découvrir! 



  • l’HISTOIRE: cela commençait mal avec le tome 1, je n’aimais pas du tout malgré l’histoire des jumeaux et du volcan qui m’intriguaient. La suite m’a avalée toute entière. Le décor volcanique, les pulsions montantes des personnages surtout d'Abigail, les trahisons, les renversements, les transformations... l’histoire des Enfants du Volcan de leur origine à leur fin est absolument originale et je garderai des "séquences" en tête très longtemps. Le tome 3 n'est pas bien passé, mauvaise digestion sur certains ingrédients narratifs. 

le hic: Le livre du volcan dans le tome 3 très présent, trop peut-être avec une police qui m'a fait mal aux yeux... 




 

SAISON 1

Kaleb Saison 1 de Myra Eljundir

SAISON 1: 19 ans, Kaleb Helgusson se découvre empathe : il se connecte à vos émotions pour vous manipuler. Il vous connaît mieux que vous-mêmes. Et cela le rend irrésistible. Terriblement dangereux. Parce qu'on ne peut s'empêcher de l'aimer. À la folie. À la mort.
Sachez que ce qu'il vous fera, il n'en sera pas désolé. Ce don qu'il tient d'une lignée islandaise millénaire le grise. Même traqué comme une bête, il en veut toujours plus. Jusqu'au jour ou sa propre puissance le dépasse et ou tout bascule... Mais que peut-on contre le volcan qui vient de se réveiller ?


Le premier tome d'une trilogie qui, à l'instar de la série Dexter, offre aux jeunes adultes l'un de leurs fantasmes : être dans la peau du méchant.

Déconseillé aux âmes sensibles et aux moins de 15 ans.

 


Extrait

«- Non! Vous n'avez pas le droit de faire ça! Vous aviez promis!

Le colonel se retourne, sévère.

- Je ne promet jamais rien.

Cinq mots comme un fouet qui claque. Dans ces moments-là, la jeune assistante du colonel déteste son boulot, sa vie. Elle aurait aimé avoir eu le choix. Ne se préoccuper que de vêtements, de garçons, de trucs de filles. Au lieu de ça elle est devenue un soldat de SENTINEL. Par sens du devoir. Parce qu'elle est apte. Parce qu'elle parvient à écarter ses états d'âme, la plupart du temps...»

(page 199/456)  

                   

=> Découvrez le premier chapitre : ICI

 


Mon Avis

Ce qu'il faut retenir de l'histoire...   

 Kaleb est un lycéen de 19 ans qui se bagarre et couche avec les filles qu'il souhaite, un jeune comme les autres, enfin pas tout à fait. Il est en réalité un empathe et son don lié à un volcan islandais est une malédiction qui va peu à peu noircir son âme. Le Mal qui l'enveloppe ne serait être plus brutal sans les plans machiavéliques du colonel qui s'évertue à faire sortir la Bête qui sommeille.

Mon ressenti:  

Un livre original mais que j'ai trouvé «maladroit», après écrire un thriller pour de la YA ce n’est pas simple.  

Je n'ai donc ni adoré ni détesté, disons que je m'attendais à une histoire plus glauque, plus psychologique mais j’ai passé de bons moments surtout vers la fin.

 

Pour vraiment découvrir ce livre sans idée au préalable, je ne vous conseille pas de lire la 4e page de couverture car elle sous-entend de suivre un "méchant" dès le début alors que c'est faux.

Le jeune homme est  "presque" comme tout le monde, qui couche quand il en a envie et qui se bat comme un mâle... je pourrais retirer le "presque" d'ailleurs. Disons que j'ai pensé "alléluia" quand vers la fin, Kaleb passe ENFIN à l'acte du Mal.

 

En effet ,il s'agit plus de l'histoire de "comment construire un monstre" car le jeune Kaleb est plein de doutes et s'accroche autant que possible à son humanité. Il n'est pas parfait, assez immature mais il n'est pas … "mauvais". C'est un autre personnage qui le fait plonger dans les abîmes du Mal, qui le transforme. L'empathie est le conducteur mais le déclencheur n'est pas dans le cœur de Kaleb. Du coup, j'ai été déçue car je m'attendais à une autre histoire, une sorte de quête initiatique du « vrai » méchant, celui qui ne se pose pas de questions. Après mes attentes sont sûrement « reportées » au tome 2…^^  

Quand on tourne les pages, on adapte l'univers qu'on se construit dans la tête, non? Je suis donc restée curieuse de voir où l'histoire allait quand même me mener. Mon intérêt a pris beaucoup plus d'ampleur vers la 2e partie du roman, j'en compte trois grosso modo avec un personnage féminin, le "soldat sans nom" qui est assistante du colonel et ce qu'elle introduit, à savoir les Mémoires sur des jumeaux. L'histoire du soldat sans nom (son prénom est donné vers la fin) était beaucoup plus intéressante car ses réactions sont plus compréhensibles. Idem avec l'histoire des jumeaux, j'ai adoré lire leur évolution car elle est racontée de manière claire et malgré les flash-back, il n’y manque rien.

 

Alors qu'avec Kaleb, il y a vraiment un énorme problème de VRAISEMBLANCE. Si je pars du constat qu'il est empathe et donc a des réactions et comportements qui en découlent, il y a des situations qu'il n'aurait pas du accepter comme ça aussi vite qu'une lettre à la poste. Bref, il accepte beaucoup trop facilement l'histoire d'empathie et surtout du volcan, des discussions via le net... Pour quelqu'un de méfiant et de "sensible", ses réactions sont plutôt "zappées", des raccourcis  ont été pris à mon sens et cela crée un désintérêt car du coup je n'y crois pas trop. Un empathe prend « tout » dans la tête des émotions des autres alors quand ça le concerne directement, il devrait réagir…VIVEMENT ! On ne digère pas aussi facilement ce genre de révélations.

 

Le point de vue est changeant, heureusement . Si Kaleb ne vous plaît pas non plus -non, pas le personnage en lui-même mais la manière dont il est abordé- alors au moins vous pouvez vous intéresser au soldat sans nom. J'ai de suite compris son identité, faut dire que ce n'était pas très compliqué de faire le lien mais son évolution est intéressante, sa nature un brin "surnaturel". L’histoire du volcan, les rêves, les missions militaires à la Alias et prophéties, la peste,  tout ceci est original et j’ai apprécié en lire ses passages.    

Enfin, je me souviens lors d’une interview avec l’auteure qu'une question portait sur les personnages féminins qui ont une très mauvaise image dans le livre et qui finissaient mal... ce n'est pas entièrement vrai. Les personnages masculins, Robin, le père, un EDV et quelques soldats en ont aussi pour leur grade. Il n’y a donc pas de différenciation. Ne vous en faites pas. 

 

 En bref, un livre original oui mais dont Kaleb n’est pas le méchant auquel je m’attendais, je suis plutôt navrée pour lui. D’autres personnages sont plus intéressants, l’intrigue sur le volcan et la prophétie suscitent la curiosité. J’espère que Kaleb dans la saison 2 sera plus développé.    

 

Mots magiques pour se souvenir du roman:   Vulcan; peste; Sentinel; Lucille Thomas; EDV; Bergsson; David et Mary-Ann Armstrong; volcan; succube; l'homme noir; écriture automatique; Prophétie; Franck Astier; Helga; Phases; Robin Moreau; Survivor; concert, Livre du Volcan; inhibition...

 

 


SAISON 2

Kaleb Saison 2: Abigail de Myra Eljundir

 

SAISON 2: Le pouvoir… Tel est tout l’enjeu de cette nouvelle saison. Mais qui le détient vraiment ? Kaleb qui, depuis qu’on lui a fait ce mystérieux tatouage, se laisse envahir par le Mal et entraîne Abigail en enfer ? Ou bien Abigail qui s’est, malgré le danger, jetée corps et âme dans cette folle passion avec Kaleb et abdique chaque jour un peu plus d’elle-même pour une noirceur qui la fascine et la grise ? Lequel des deux amants a vraiment l’ascendant sur l’autre et le pousse à aller toujours plus loin ? Les apparences sont parfois trompeuses… Au final, ne sont-ils pas juste les pions d’une partie maléfique qui a débuté il y a bien longtemps, quand sont apparus les premiers Enfants du Volcan, et dont la finale se jouera maintenant, qu’ils le veuillent ou non ? 

Le deuxième tome d’une trilogie de sang et de ténèbres qui fera voyager les jeunes adultes dans les terres les plus reculées d’Islande et d’Irlande, et qui fera renaître des légendes oubliées, dont celle de l’elfe noir.


Extrait

« - Tu m’intrigues, Abigail...

- Pourquoi?

- Je n’arrive pas à te cerner, à comprendre tes motivations. Je sais que tu es là sur les ordres du colonel, mais je devine que tu n’as pas abdiqué ton libre arbitre. Je sais que tu te méfies de moi aussi, pourtant tu te tiens bien là, prête à en découdre alors que tu sais ce dont je suis capable. J’ignore ce que tu veux. Tu es une énigme. Une fille qui met de l’aspartame dans son thé et se gave de sucre après. Je ne te comprends pas et j’aime ça. Malgré le danger que tu représentes, tu me plais et je n’ai pas envie de te laisser filer. Je veux que tu me croies...

Etait-il sincère? La jeune fille sembla peser le pour et le contre. Encore une fois, il put admirer le tumulte de ses pensées ombrer ses iris clairs.»

(Page 54/55 sur 342) 

Découvrez le premier chapitre ICI.


Mon Avis

Ce qu'il faut retenir de l'histoire...   

Kaleb et Abigail se retrouvent sur la terre des volcans, leurs sentiments mutuels sont de plus en plus explosifs et mêmes dévastateurs pour ceux qui les côtoient. Malédiction, rencontre avec d’autres enfants du Volcan, machiavélisme de l’Homme Noir, pouvoir grandissant abominable d’Abigail, transformation de Kaleb en se tatouant...la confusion et le chaos règnent en choeur. Sans compter la présence d’un esprit très noir qui sommeillait jusque là... 

Mon ressenti:  

C'est une première pour moi d'aimer un tome 2 alors que le tome 1 a été si laborieux à lire. Le fond reste le même, des personnages ont en eux certaines facultés, certains sont dangereux comme Kaleb, d'autres sexy comme Abigail, et il y a un réseau militaire qui cherchent à les capturer pour les revendre aux plus offrants. C'est donc une chasse à l'homme, une quête initiatique et ce que j'aime aussi, c'est que ça se passe en Islande, terre volcanique pleine de mystères.

Je dois bien reconnaître que le tome 1 n’était vraiment pas une lecture agréable. J’ai beau le feuilleter maintenant que je suis fan (la faute au tome 2), je n’aime pas du tout certains aspects de cette histoire autour de Kaleb. 

 

Mais voilà, lorsque j’ai appris que le tome 2 serait largement écrit du point de vue d’Abigail, j’ai décidé de redonner une chance à cette saga. Comme j’ai bien fait! J’ai dévoré le roman en quelques jours et je n’en reviens toujours pas de la progression incroyable des personnages. Les petits voyages en Islande et Irlande y sont pour quelque chose, nous sommes dans le vif du sujet, aux origines de ce qui façonne des monstres tels que Kaleb et Abigail. 

 

Les deux personnages se rencontrent et leur relation est électrique, intense, dévastatrice.  Je me souviens lorsque des touristes meurent tout autour d’eux juste parce qu’il me semble qu’Abigail est un peu «contrariée» et Kaleb se contient comme il peut car il est plein de colère, imaginez les deux ensemble... La scène est magnifiquement bien écrite car j’ai vraiment tous les éléments, les détails de cette atrocité pour avoir des frissons d'horreur. 

 

Je me suis réellement plongée dans cette histoire perturbante grâce aux changements de point de vues qui permet de rentrer dans le mental des personnages et quel mental! Ah ça vaut le coup de lire cette saga rien que pour voir la psychologie de ces enfants du Volcan.    

 

Kaleb n’est toujours pas un personnage que j’apprécie malgré qu’il paraisse par moments plus «humain» que d’habitude, Abigail l’a ensorcelé et personnellement, j’adore cette femme! Elle a contenu son pouvoir si longtemps qu’il était temps qu’il jaillisse d’elle, qu’elle mette en point une sorte de revanche face à ce que lui a fait vivre ces hommes: le Colonel, Kaleb et autres qui ne voient que son physique et comment se servir de son influence de «succube». Même si pour Kaleb, c'est encore autre chose, ils sont "liés". Vous verrez comme ce tome 2 montre petit à petit la montée en puissance d’Abigail. Même Kaleb est une victime si je puis dire.   

 

Dans ce tome, j’étais aussi ravie de retrouver l’Homme noir, de découvrir davantage sur son plan machiavélique. Avec une petite surprise à la fin. Mais attention autant on en apprend énormément et c’est carrément addictif, autant la confusion est ambiante. On peut s’attendre à tout dans le tome 3! A tout! 

 

En bref, je n'avais pas du TOUT accroché à Kaleb 1, mais alors ce tome 2, j'ai dû le lâcher avec douleur, j'ai adoré le décor et l'évolution de l'histoire, avec une psychologie des personnages terriblement profonde et noire. "Chaud-bouillant" définirait parfaitement cette suite! Et, j’ai peur de la suite, pas vous?  

 

 


SAISON 3

Kaleb Saison 3: Fusion de Myra Eljundir

TOUT EST BIEN QUI FINIT MAL

SAISON 3: La prophétie du volcan prédit l'avènement d'une nouvelle ère, initiée par l'Élu... Or qui, de Kaleb, Abigail, le colonel Bergsson ou encore Mary-Ann bouleversera à jamais le destin des enfants du volcan ? Et si la mort est la clé, tous ne sont-ils pas des morts en sursis ? Seul le Livre du volcan peut apporter des réponses à Kaleb et lui permettre de survivre au volcan qu'il a réveillé. Mais le tenir entre ses mains peut se révéler plus destructeur que tout... 
Ce dernier tome de la trilogie de Kaleb lève le voile sur une mythologie qui prend racine bien au-delà de ce que vous pouviez imaginer. Plus que jamais, il est question de pouvoir, de sombre passion, de manipulation machiavélique et du parfum sulfureux d'une saga millénaire dont le dénouement pourrait bien vous faire penser que tout est bien qui finit mal.

 


Extrait

"Elle n'avait même pas levé la tête quand il avait pénétré dans la boutique, furieux et épuisé à la fois. 

- Vous en avez mis, du temps! s'était-elle contentée de dire pour tout salut.

- Qu'est-ce-que vous m'avez fait, madame?

Glenn avait beau être en colère, il n'en demeurait pas moins britannique"

 

(Page (25/ 456)

Découvrez le premier chapitre ICI.


Mon Avis

Ce qu'il faut retenir de l'histoire...   

 Origines et témoignages des Enfants du Volcan à travers le temps, nouvelles manipulations autour de Kaleb, retournement de situation pour le final. Un dernier opus. Un ultime affrontement.  

 

Mon ressenti:  

Malheureusement, je ne suis pas du tout entrée dans le livre. C’est dingue comme cette saga est perturbante et du coup, j’ai eu du mal à suivre, à apprécier ce final. 

L’histoire est tout à fait originale, Myra Eljundir a vraiment offert au lecteur un univers ultra complet. Le fait que tout trouve un sens est le seul point positif pour moi. Il y a un réel engagement de la part de l’auteure à nous offrir une histoire abracadabrante qui trouve paradoxalement du sens et je salue cette ingéniosité. Je me demande ce que l’auteure va écrire par la suite. 

Pour revenir à ce tome 3, la fin a un côté complètement frappé, inattendu, mais je ne suis pas plus étonnée que ça. J’avais de la distance dès le début, du coup j’ai juste grimacé « ah? » et puis voilà, c’est fini. Tant pis…

Du reste, j’ai dû me forcer par moment d’ouvrir mon livre car le roman à double face est largement tourné vers le fameux Livre du Volcan. C’était une idée géniale, mais pourquoi une telle police? J’ai une vue excellente, pourtant, ça m’a donné mal au crâne de lire ces extraits. De plus, je venais à peine de m’attacher à Abigail et Kaleb et ici, ils sont vraiment peu présents, c’était horriblement frustrant. Le rythme en prend un sacré coup! Tous ces nouveaux personnages étaient intéressants, mais pour moi ça aurait dû être un roman bien à part. Le Livre du Volcan hors Kaleb et dans une police normale. Innocent

C’était donc en soi une lecture intéressante, les Enfants du Volcan, leurs vécus, leur souffrance et le style est unique à Myra Eljundir. Aucun des trois tomes ne se ressemble! (j'adore les couvertures) Pourtant, j’ai été trop perturbé, la saga n’était au final pas pour moi, il manque quelque chose, ou au contraire il y a trop d’éléments qui obligent à sacrifier le récit de Kaleb au profit de celui de ses ancêtres. C'était original, sans doute trop pour mon petit esprit! Je garderai en tête le tome 2 car il y avait de ces passages!         

  


Infos sur le livre

 

Trilogie de de Myra Eljundir aux Editions Robert Laffont, collection R:

  • Saison 1, Kaleb, sortie le 14 juin 2012, 456 pages.
  • Saison 2, Kaleb: Abigail, sortie le 28 février 2013, 342 pages.
  • Saison 3, Kaleb: Fusion, sortie le 14 novembre 2013, 456 pages.

 

   

Sites intéressants:

  • Facebook de l’auteure: ICI
  • Twitter de l'auteure: ICI

  • Facebook de la collection : ICI
  • Site de la collection: ICI
  • Site non officiel de la collection: ICI
  • Ancienne Interview sur le site Les chroniques de Mandor: ICI   

 

 

Merci à Stéphane-Laure et à la collection R des Éditions Robert Laffont.

Cliquez et naviguez!

 

Robert Laffont