Bannie re aude2017

Belle Epoque de Elizabeth Ross

 4/5

Irrésistible!

 Ce billet comprend 3 bonnes raisons de lire ce livre, la Couverture et le Résumé, un Extrait, mon avis avec un mini-résumé plus personnel et toutes les Infos. qui valent le coup d'être notées. 

Bonne lecture et pensez s'il vous plaît à laisser une trace de votre passage via les commentaires! 


 

* Une histoire incroyable. L’idée originale d’Emile Zola sur les « repoussoirs » était excellente. Elizabeth Ross a parfaitement trouvé comment illustrer celle-ci en se mettant du point de vue d’un repoussoir, d’une femme qualifiée de « laide » faire-valoir pour des riches gens. Mais cela va encore plus loin. L’histoire est pleine de références à une époque incroyable, un Paris florissant d’art et de culture de l’esprit. Le cadre et le déroulement de l’histoire sont géniaux. 


* Des personnages surprenants. Alors là bravo. Je ne savais pas du tout que les personnages secondaires seraient aussi approfondis. Je crois que c’est ce qui m’a le plus ravi. Si intéressants, si terribles, si marquants… Maude rencontre vraiment n’importe qui et ces anonymes deviennent des personnages entiers et intéressants. Maude a le don de « faire-valoir » ses amis, mais elle a aussi en elle une incroyable vivacité et curiosité.

* Une écriture raffinée. Elizabeth Ross a très bien réfléchi le style d’écriture approprié à ce type de récit historique. Le vocabulaire est riche de mots que nous n’utilisons plus et c’est agréable de lire la langue ainsi usitée. Cela reste simple et percutant. De belles scènes de descriptions, des dialogues aux différents patois. On voyage avec les mots.


Résumé de la Collection: ( je n'avais même pas lu le résumé avant de lire le roman) Lorsque Maude Pichon s'enfuit de sa Bretagne natale pour échapper à un mariage dont elle ne veut pas, elle monte à Paris, ville-lumière en ébullition à la veille de l'exposition universelle de 1889. Hélas, ses illusions romantiques s'y évanouissent aussi rapidement que ses maigres économies. Elle est désespérément à la recherche d'un emploi quand elle tombe sur une petite annonce inhabituelle : « On demande de jeunes filles laides pour faire un ouvrage facile. » L'Agence Durandeau propose en effet à ses clients un service unique en son genre : le repoussoir. Son slogan ? « Louez un faire-valoir, vous en deviendrez d'emblée plus attirante. » Étranglée par la misère, Maude postule...
Monsieur Durandeau a déjà amassé une petite fortune grâce à sa riche clientèle, et quand la Comtesse Dubern vient chercher une compagne pour Isabelle, sa fille aux idées bien arrêtées, Maude est immédiatement choisie comme faire-valoir idéal.
Mais Isabelle ne sait pas que sa nouvelle « amie » n'est en fait que de location, et l'existence de Maude au sein de l'aristocratie repose entièrement sur sa capacité à garder ce lourd secret. Pourtant, plus elle en apprend sur Isabelle, et plus sa loyauté envers la Comtesse est mise à l'épreuve. Et plus la tromperie dure dans le temps, plus Maude aura à perdre...


« Ma gorge se noue. J’ai l’impression d’entendre ma mère. Mais Marie-Josée ne s’arrête pas en si bon chemin. 

- Mais il n’y a pas que ça. Tu es venue à Paris avec des rêves plein la tête. Sans vraiment savoir ce qui te portait jusqu’ici, mais tu vas faire ton trou, je le sens. 

- Comment ça?

- Une intuition. Oui, tu as des projets, de grands projets, et tu vas les réaliser. »

(Page 64/432)

===> Découvrez le premier chapitre: ici 

 


 

Ce qu'il faut retenir de l'histoire...

Maude a fui la Bretagne pour gagner Paris. Pauvre et affamée, elle se présente à une agence sans même savoir de quoi il retourne. Son travail est d’être un faire-valoir pour une riche et jeune comtesse à marier. Mais la jeune comtesse a d’autres projets en tête. Maude n’est pas au bout de ses surprises dans ce Paris effervescent qui prépare la célèbre Exposition universelle ! 

Mon ressenti: 

Oh! Quelle belle histoire marquante! Je ne pensais pas du tout me plonger dans une histoire comme celle-ci. Elle sort du lot, c’est évident!

D’abord, l’écriture. Nous sommes dans un récit historique, le Paris de la fin du XIXe siècle. Elizabeth Ross a donc adapté son écriture en un style fin, avec un vocabulaire propre à cette époque. Comme c’est dommage que ce soit au présent. J’ai l’impression que la Young Adult a tendance à être écrit au présent. Cela ne me dérange pas d’habitude, mais là j’avais envie d’un récit encore plus authentique. Heureusement, ce récit écrit à la 1ère personne du singulier est tout de même saisissant. J’ai eu un peu de mal à rentrer dedans au début, trop descriptif, je ne pouvais m’empêcher de le comparer au Parfum de Patrick Süskind qui dresse un Paris tellement vrai (XVIIIe). Puis, l’histoire prend une direction inattendue. Isabelle pour qui Maude joue secrètement au faire-valoir m’a surprise. Elle a été le déclic. Pas seulement pour moi, pour Maude aussi. Mince, si vous saviez! Sa richesse n’est pas dans son titre ,c’est tout ce que je peux vous dire. 

Ainsi, l’histoire. Ah dis donc! Plus je tournais les pages et plus j’allais de découvertes en découvertes. Mince, j’ai vraiment pris une sorte de gifle littéraire. Je ne peux pas parler de coup de coeur car ce n’est pas spécialement le genre que j’aime lorsque je veux lire une fiction. Néanmoins, j’ai aimé cette héroïne pleine de profondeur. J’ai aimé re-découvrir le vieux Paris dans les yeux d’une provinciale. J’ai aimé enfin, les nombreuses rencontres de Maude. Elle sublime chacun de ses amis,  avec le coeur sur la main. Son honnêteté est complètement en contraste avec la société bourgeoise qu’elle côtoie qui est hypocrite, superficielle, à vomir. 

Elizabeth Ross a eu une idée de génie avec cette histoire. En un roman, elle a su dresser une ville en pleine effusion artistique. Il est facile de s’identifier à Maude, si humaine car elle est tentée de faire de mauvais choix. Que de questions se bousculent dans son esprit! Doit-elle fréquenter de riches personnages ou bien ceux qu’on a étiqueté comme laid, pauvre, sans avenir?    

Je dois vous avouer qu’il est difficile d’écrire un avis sur ce livre, je ne lui rends pas justice. Il a un côté obsédant, pose des questions sur notre nature profonde. Le livre apporte tant. Je vous le recommande chaudement. Le titre est excellent, tout comme la couverture. 

Un bel hommage aux artistes. 


* Belle Epoque de Elizabeth Ross, aux Editions Robert Laffont, Collection « R », 432 pages. Sortie le 14 novembre 2013. 

Sites intéressants:

* Site de l'auteure : ICI

* Facebook de l’auteure: ICI

* Twitter de l’auteure: ICI

* Une page FB intéressante pour se mettre dans le contexte de cette Belle Epoque: ICI  

• Facebook de la collection R: ICI

• Site de la collection R : ICI

• Site non officiel de la collection R: ICI

 

Le trailer: 

 

Merci à Stéphane-Laure et à la collection R des Éditions Robert Laffont.

Cliquez et naviguez!

 

art; photographie; faire-valoir; repoussoir; bourgeoisie; tour eiffel

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (2)

Sylvie Bar
  • 1. Sylvie Bar | 30/01/2014
Un livre qui fait partie de mes envies, simplement déjà pour la couverture mais aussi pour le résumé et la lecture du 1er châpitre
Mathis Noël
  • 2. Mathis Noël | 29/02/2016
Une bonne lecture raffiné, qui m'a permis de comprendre cette histoire, j'aime !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau