Bannie re aude2017

Diptyque The Book of Ivy d'Amy Engel.

 

 4/5

* Pas mal ! *

 

 Ce billet comprend la Couverture et le Résumé, un Extrait, mon avis avec un mini-résumé plus personnel et toutes les Infos. qui valent le coup. 

 

Bonne lecture et pensez s'il vous plaît à laisser une trace de votre passage via les commentaires! 

 


 TOME 1: The Book of Ivy 

The book of ivy tome 1

Au nom de quoi seriez-vous prêt à tuer ? 

À la suite d'une guerre nucléaire dévastatrice, la population des États-Unis s'est retrouvée décimée. Un groupe de survivants a fini par se former, mais en son sein s'est joué une lutte de pouvoir entre deux familles pour la présidence de la petite nation. Les Westfall ont perdu. Cinquante ans plus tard, les fils et les filles des adversaires d'autrefois sont contraints de s'épouser, chaque année, dans une cérémonie censée assurer l'unité du peuple. 

Cette année, mon tour est venu. 

Je m'appelle Ivy Westfall, et je n'ai qu'une seule et unique mission dans la vie : tuer le fils du président que je suis destinée à épouser. L'objectif, c'est la révolution, et le retour au pouvoir des miens. Peu importe qu'un cœur de chair et de sang batte dans sa poitrine, peu importe qu'un innocent soit sacrifié pour des raisons politiques. Peu importe qu'en apprenant à le connaître, je fasse une rencontre qui change ma vie. Mon destin est scellé depuis l'enfance. 

Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera. 

Née pour trahir et faite pour tuer... Sera-t-elle à la hauteur ? Book of Ivy est le premier roman d'Amy Engel, à la fois suspense insoutenable, dystopie cruelle et histoire d'amour torturée.

 


« Une fois Bishop parti, je me dirige vers le lit, les jambes tremblantes, et je m'affaisse doucement. J'appuie avec force les paumes sur mes paupières fermées. Je sens encore le poids des mains de Bishop sur mes épaules, le souvenir de ses pouces sur ma nuque. Je me force à me rappeler ce que son père a fait. Ce qu'il fait encore. Mais le contact de Bishop est doux, ses intentions bonnes. J'ai beau chercher, je ne trouve pas de sang sur ses mains. »

(Page 160)


Ce qu'il faut retenir de l'histoire...  

L'action se passe dans une petite ville post-apocalyptique de dix mille habitants séparés en deux suite à une révolte où deux camps se sont affrontés les Latimer et les Westfall. Les Latimer ont gagné et pour que cette paix soit préservée, chaque année, on unit un jeune du camp adverse à un autre côté Latimer. Cela remonte à deux générations déjà. Aujourd’hui, Ivy Westfall a 16 ans et c’est à son tour de s’unir, mais pas à n’importe qui puisqu’il s’agit de Bishop Latimer, le fils du président. L’occasion est trop belle pour les Westfall de se venger sur le passé. Ivy a donc pour mission d’assassiner Bishop dans quelques mois, le temps pour son père et la sœur d’Ivy d’organiser le renversement du pouvoir. 

Mon ressenti:    

Face à un petit blocage de lecture, j’ai sorti ce livre de ma pile à lire, espérant reprendre un rythme quotidien régulier grâce à cette dystopie. Je suis amoureuse du genre dystopie YA depuis tellement longtemps alors me plonger dans un de ces livres du genre me déçoit rarement. Celui-ci aura tout de même perturbé mon rythme puisque je l’ai englouti en une nuit. 

The Book of Ivy s’inscrit dans un décor classique apocalyptique. Un nouveau monde s’est reconstruit suite à de nombreuses guerres, presque un huis clos, car un portail encercle cette nouvelle nation aux nouvelles règles où le bonheur individuel n’existe pas. L'intrigue décrite plus haut et les décors sont classiques, il n'y a pas de surprises de ce côté-là.

Néanmoins, la dystopie est parfaitement respectée dans tous ses codes, notions de libertés individuelles, de libre arbitre, de choix, de reconstruction d’un système aux antipodes du précédent. On ne se marie pas par amour, mais pour le bien de la communauté, tout doit être fait pour préserver la paix et le bonheur n’est pas dans l’équation de cette réussite. J’ai eu du mal avec cette notion de mariage forcé, peut-être parce que c’est d’actualité, un fait qui existe toujours à notre époque. Mais le sujet était bien traité ici avec les violences conjugales. Intrigue totalement secondaire qui trouve pourtant une belle résolution. J’ai trouvé que l’auteure avait été plus loin que d’autres quant à montrer ce qu’était une vraie dystopie. Bref, j’ai pris mon pied, rien que pour ça !

Au-delà de mon amour pour le cadre, le style m’a énormément plu. Je n’aurai pas pu le dévorer en une nuit si l’écriture n’était pas fluide, si les descriptions n’étaient pas toutes réussies. Ce style m’a beaucoup fait penser à celui de Lauren Oliver (Délirium notamment), sa plume esquisse une certaine poésie même dans les scènes d’action. Il y a du travail derrière et je félicite l’auteure d’embarquer ainsi les lecteurs, dont son univers de la plus belle manière qui soit. Le choix percutant et sensible des mots m’a séduite.

Ivy. Cette héroïne, on ne peut que l’aimer. Quand on constate dans quelle famille étouffante elle a vécu. Totalement conditionnée depuis sa naissance par un père qui veut venger la mort de sa femme dont il accuse les Latimer d’en être responsable et une sœur Callie, insupportable, qui devait épouser Bishop. Comme cela ne s’est pas fait, il revient alors à la pauvre Ivy de les aider à renverser le pouvoir. On les voit la manipuler, notre Ivy, qui elle, ne cherche que leur amour. Elle aura été isolée, dressée à tuer et voilà pourtant qu’on assiste à une fleur qui va éclore grâce notamment à Bishop. J’ai apprécié voir cette jeune femme qui dit ce qu’elle pense, donc conditionnée mais pas bête notre petit Ivy. Elle n’a pas la langue dans sa poche, est volontaire et intuitive.

Bishop, fils du président, pourrait être une belle ordure, nous restons d’ailleurs méfiants tout le long du récit comme l’héroïne. On craint tout de lui et pourtant on ne s’attendait pas comme l’héroïne à autant de simplicité, de prévenance, d’attention. La romance qui s’installe est franchement très mignonne. Je ne vous en dirai pas plus sur ce personnage, je vous laisse le plaisir de faire sa connaissance. Ce roman m’aura énormément intriguée. Je me suis posé tellement de questions. Sur la famille d’Ivy, l’aiment-ils ? Ne voit-elle pas qu’ils la manipulent ? Sont-ils honnêtes ? Sur le président et sa femme, vont-ils faire du mal à Ivy, la dénigrer, la maltraiter ? Sur Bishop, cache-t-il une part sombre en lui ? Ne joue-t-il pas à un jeu ce fils de président ? N’est-ce pas une comédie que toute cette histoire de mariage ? Enfin, Ivy elle-même. Elle tombe amoureuse de l’homme qu’elle doit tuer, mais elle ne peut pas abandonner sa famille qui l'aime, elle le sait, elle ferait tout pour eux. Comment voulez-vous reposer le roman quand vous avez autant de questions qui trottent dans la tête ? Ainsi je l’ai dévoré, je sais la fin et maintenant je suis en train de lire le tome 2 je pense que je gâcherais le récit si je vous en disais plus sur tous les personnages. Que ce soit la famille d’Ivy, Bishop, les Latimer, je vous laisse découvrir leur cœur et la vérité. Je ne peux que vous conseiller cette lecture. J’espère de mon côté que le tome 2 est aussi bon, pour le moment j’aime beaucoup il me fait penser à Delirium 2 par certains côtés (une saga coup de cœur), mais je vous dirai ça quand j'aurai terminé ma lecture.   

 


TOME 2: The Revolution of Ivy 

The revolution of Ivy

Condamnée à l'exil pour ses crimes, Ivy se retrouve seule au-delà de la barrière qui protège les siens d'un monde hostile, dévasté par l'arme atomique des décennies plus tôt. Trahie par sa famille, abandonnée par Bishop, elle doit quitter Westfall et s'enfonce dans la nature sauvage et découvre qu'elle est habitée. Cette année, mon tour est venu. 

Mais la ville où elle est née se tord dans les convulsions d'un coup d'État, et le chaos ne tarde pas à régner. C'est un Bishop différent qui débarque dans le camp où Ivy s'est réfugiée, un Bishop qui a découvert, entretemps, plus d'une vérité. Il est temps pour la jeune fille de décider ce qu'elle compte faire : se venger ou... faire la révolution ? 

Le deuxième et dernier tome de la série The Book of Ivy clôt une saga dystopique où survie en milieu hostile, complots meurtrier et manipulations politiques se mettent en travers du chemin d'un duo à l'alchimie saisissante. Découvrez l'aventure finale d'Ivy, assassin devenue survivante !


 « Un jour, Callie m'a affirmé qu'on ne remporte pas de révolution sans sacrifice, et elle avait raison. Peut-être parlait-elle vraiment de guerre, mais ce sentiment s'applique tout aussi bien à ce qui se passe à l'intérieur de moi. J'ai énormément perdu, mais j'ai aussi gagné quelque chose. La vie de l'autre côté de la barrière me transforme. Pas en une autre, mais de nouveau en celle que j'ai toujours été et par Callie. Petit à petit, je me trouve.

Je redeviens Ivy. »


Ce qu'il faut retenir de l'histoire...  prochainement

 

Mon ressenti:    prochainement


 

The Book of Ivy, histoire écrite par Amy Engel, éditée chez Lumen : 

=> Tome 1, The Book of Ivy, 345 pages. Sortie le 5 mars 2015.

=> Tome 2, The Revolution of Ivy, 326 pages. Sortie le 5 novembre 2015. 

Il s'agit d'une duologie !

 

Sites intéressants: 

Sur l’auteure:

  • son twitter: lien
  • son site officiel: lien

 

Sur les éditions Lumen : 

 

Cliquez et naviguez!

Lumen

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau